soupçonner

soupçonner

soupçonner [ supsɔne ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1225; de soupçon
1Faire peser des soupçons sur (qqn). suspecter. Loc. prov. La femme de César ne doit pas même être soupçonnée, se dit d'une personne qui doit se garder de tout ce qui pourrait attirer les soupçons sur elle. « Chargé du crime affreux dont vous me soupçonnez » (Racine). « L'arrestation du comte d'Esgrignon, soupçonné d'avoir commis un faux » (Balzac).
Mettre en doute (qqch.). Soupçonner la bonne foi de qqn.
2Concevoir ou pressentir d'après certains indices; avoir une idée vague de. deviner, se douter, entrevoir, flairer, pressentir. « on peut passer à côté de sentiments profonds [...] sans même en soupçonner la présence ! » (Maurois). Soupçonner une difficulté. « Ils soupçonnèrent [...] qu'il pouvait bien se faire [...] que les hommes fussent égaux » (Michelet).

soupçonner verbe transitif Attribuer à quelqu'un, sans preuves précises, des actes ou des intentions blâmables ou répréhensibles, le croire coupable d'après certains indices : Il soupçonne son voisin. Suspecter quelque chose, mettre en doute une qualité, une attitude : Soupçonner la bonne foi de quelqu'un. Avoir l'idée vague, la présomption de l'existence ou la possibilité de quelque chose : On soupçonne qu'il a été mêlé à cette affaire.soupçonner (expressions) verbe transitif Ne pas soupçonner quelque chose, ne pas en avoir l'idée, ne pas en concevoir le degré. ● soupçonner (synonymes) verbe transitif Attribuer à quelqu'un, sans preuves précises, des actes ou des...
Synonymes :
Suspecter quelque chose, mettre en doute une qualité, une attitude
Synonymes :
- douter de
Avoir l'idée vague, la présomption de l'existence ou la possibilité...
Synonymes :
- flairer (familier)
- présumer

soupçonner
v. tr.
d1./d Avoir des soupçons sur (qqn). On l'a soupçonné de meurtre.
d2./d Pressentir (qqch) d'après certaines apparences. Cela fait soupçonner l'escroquerie.

⇒SOUPÇONNER, verbe trans.
A. — Avoir, à tort ou à raison, une opinion, une croyance, un jugement défavorable à l'égard de quelqu'un ou de quelque chose. Synon. blâmer (v. ce mot A), suspecter.
1. Qqn soupçonne qqn. Le capitaine de la porte Saint-Martin fut soupçonné, mis en prison, et l'on mura la porte (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 388). Notre devoir et notre profession nous forcent à ne rien ignorer, à soupçonner tout le monde, car tout le monde est suspect: et nous demeurons surpris quand nous nous trouvons en face d'un homme qui a, comme l'assassin assis devant vous, la religion du respect assez puissante pour en devenir un martyr (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Assass., 1887, p. 590).
Absol. Accuser, blâmer, soupçonner, maudire, railler, condamner, voilà ce qu'il y a au bout de toute causerie politique ou littéraire (SAND, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 440). Cela aurait l'air bête d'accueillir. Il faut voir tout ce qui cloche, il faut « soupçonner ». Notre agressivité se défoule au gré des rencontres. Tout ce qui passe sous notre œil est rétréci à notre mesure (S. ROUGIER, Comme une flûte de roseau, 1982, p. 95).
Empl. pronom. réciproque. [Du Roy et sa femme] demeurèrent (...) les yeux dans les yeux (...) lutte intime de deux êtres qui, vivant côte à côte (...) se soupçonnent, se flairent (...) mais ne se connaissent pas jusqu'au fond vaseux de l'âme (MAUPASS., Bel-Ami, 1885, p. 320).
Expr. [P. réf. à la parole de César qui avait répudié sa femme Pompéia sans avoir de preuve de sa culpabilité] La femme de César ne doit pas même être soupçonnée. Quand on a une situation en vue, un rang à tenir, on ne doit même pas donner prise au soupçon. (Ds REY-CHANTR. Expr. 1979, s.v. César).
2. a) Qqn soupçonne qqn de qqc. Soupçonner qqn de complicité, de cupidité, d'erreur, d'espionnage, d'un forfait, d'intrigue, de légèreté, de meurtre, de mensonge, de trahison. On soupçonnait de machinations, de conspirations et de crimes, les personnes emprisonnées (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 3, 1821-24, p. 346). Évidemment il avait compris ce que je comprenais alors: que mon ami le soupçonnait de l'abominable attentat (G. LEROUX, Myst. ch. jaune, 1907, p. 25).
b) Qqn soupçonne qqn de + inf. Soupçonner qqn de conspirer, d'avoir volé. On soupçonne ces contrebandiers d'avoir, il y a quelque temps, assassiné un gendarme (CONSTANT, Journaux, 1804, p. 169). Passive, on l'eût accusée d'être une charge: active, on la soupçonnait de vouloir régenter la maison (SARTRE, Mots, 1964, p. 10).
c) Qqn soupçonne que. Soupçonner qu'un rival est aimé est déjà bien cruel, mais se voir avouer en détail l'amour qu'il inspire par la femme qu'on adore est sans doute le comble des douleurs (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 350). Encore soupçonnais-je que, sur certaines questions: Syrie, Liban, Indochine, intéressant directement la France, les « trois » avaient conclu entre eux quelque arrangement incompatible avec nos intérêts (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 88).
3. Qqn soupçonne qqc. Soupçonner une catastrophe, un drame, le mal, un malheur. En se séparant pour deux jours de Mathilde, Malek Adhel étoit loin de soupçonner la fuite qu'elle méditoit (COTTIN, Mathilde, t. 1, 1805, p. 304). Plus ils accumulaient de belles promesses, plus les gens sérieux soupçonnaient des pièges, - en quoi ils n'avaient pas complètement tort, car les utopistes eussent mené le monde à des désastres, à la tyrannie et à la bêtise, si on les avait écoutés (SOREL, Réflex. violence, 1908, p. 201).
B. — 1. Former une conjecture, une hypothèse, une supposition. Synon. imaginer.
Qqn soupçonne qqc. Il était persuadé, ce que le gros du vulgaire autour de lui était bien loin de soupçonner, que, s'il périssait, ce serait par les Bourbons (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 311). Il y a deux cent cinquante-huit ans, mes amis, l'Australie était encore inconnue. On soupçonnait bien l'existence d'un grand continent austral (VERNE, Enf. cap. Grant, t. 2, 1868, p. 40). L'espèce [humaine] a reconnu lentement et irrégulièrement la figure superficielle de la terre (...) soupçonné et vérifié sa convexité formée (VALÉRY, Regards sur monde act., 1931, p. 23).
Qqn soupçonne qqc. de + inf. Il y a aussi dans la cathédrale de Burgos, une sainte Famille sans nom d'auteur que je soupçonne fort d'être d'André del Sarto (GAUTIER, Tra los montes, 1843, p. 49).
Qqn soupçonne que. Nous soupçonnions depuis long-temps que ce poisson venait de cette partie de la côte, mais nous n'en étions pas certains, et cette découverte satisfit notre curiosité (Voy. La Pérouse, t. 2, 1797, p. 181). Je soupçonne seulement que le feu électrique, et que tout feu en général, renferme en lui plusieurs propriétés qui nous sont inconnues (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 157).
MÉD. Soupçonner une infection, une maladie. Je présume que le cœur était malade chez lui; j'y soupçonnais depuis longtemps une lésion (GOZLAN, Notaire, 1836, p. 243).
2. P. ext. Deviner, entrevoir, suspecter. Synon. flairer (fam), pressentir; anton. ne pas avoir connaissance, ignorer.
Qqn soupçonne qqn. Minna soupçonnait le forçat de la gloire en cet homme [Wilfrid], et Séraphita le connaissait; toutes deux l'admiraient et le plaignaient. D'où leur venait cette prescience? (BALZAC, Séraphita, 1835, p. 259).
[En incise] J'ai entrevu (...) M. le comte de Saurau, gouverneur de Milan. C'est un homme de beaucoup d'instruction, et, je soupçonne, d'esprit (STENDHAL, Rome, Naples et Flor., t. 1, 1817, p. 76).
Qqn soupçonne qqn de + inf. Je soupçonne l'auteur, dit le bibliophile, d'avoir vécu vers la fin du règne de Louis XII (BERTRAND, Gaspard, 1841, p. 111).
Qqn soupçonne qqc. Soupçonner un fait, la vérité. Ils auraient pu se marier: elle était veuve et il ne soupçonna pas cet amour, qui peut-être eût fait le bonheur de sa vie (FLAUB., Bouvard, 1880, p. 137). Je ne me croyais pas prisonnier ainsi des fontaines. Je ne soupçonnais pas une aussi courte autonomie. On croit que l'homme peut s'en aller droit devant soi. On croit que l'homme est libre (SAINT-EXUP., Terre hommes, 1939, p. 237).
Qqn soupçonne que. Elle n'a point l'air de soupçonner que la retraite sur la Loire est décidée (FRANCE, J. d'Arc, t. 2, 1908, p. 5).
Faire soupçonner qqc. à qqn. Sans doute cette méthode se contente-t-elle de faire soupçonner à chaque instant au lecteur l'existence, la complexité et la variété des mouvements intérieurs (SARRAUTE, Ère soupçon, 1956, p. 123).
C. — [Corresp. à soupçon B 1] Percevoir quelque chose qui est à peine discernable. Synon. deviner. L'horizon tout à coup s'ouvrait, c'était la vaste vallée d'Auge; au loin on soupçonnait la mer (GIDE, Immor., 1902, p. 417). Il fait noir, on ne soupçonne pas les maisons; seules apparaissent, soulevées au-dessus de la ville, les chambres illuminées de ceux qui aiment à Paris (GIRAUDOUX, Siegfried et Lim., 1922, p. 257).
P. anal., à valeur factitive. Qqc. ne soupçonne pas qqc. [Mme Taraval] avait une santé qui ne soupçonnait même pas la migraine, une grosse fortune, deux enfants (BOURGET, Irrépar., 1884, p. 31).
Prononc. et Orth.:[], (il) soupçonne [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1200 souspecener « concevoir des soupçons au sujet de quelqu'un » (Auberee, p. 38 ds T.-L.); ca 1265 soupçonner que + sub. complét. (BRUNET LATIN, Trésor, éd. F. J. Carmody, L. 2, CXI, p. 294). Dér. de soupçon; dés. -er. Fréq. abs. littér.:3 022. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 4 643, b) 2 936; XXe s.: a) 5 066, b) 4 266.
DÉR. Soupçonnable, adj. a) [En parlant d'une pers.] Qui peut être soupçonné. L'auguste assemblée (...) compte en ses rangs suffisamment de fins lettrés et de distingués penseurs peu soupçonnables de velléités antigouvernementales (L'Est Républicain, 11 déc. 1987, p. 1, col. 1). b) [En parlant d'une chose abstr.] Que l'on peut entrevoir, pressentir. Une nouvelle évolution peu soupçonnable il y a vingt ans, s'amorce, qui fera l'objet d'un développement particulier (MATRAS, Radiodiff. et télév., 1958, p. 55). []. 1res attest. XIIIe s. soupeçonables (Bible, Maz. 35, f ° 36a ds GDF.), 1611 soupçonnable (COTGR.); de soupçonner, suff. -able.
BBG. — WEY (F.). Soupçonner... les intentions de qqn. In: W. (F.). Rem. sur la lang. fr. 1841, t. 1, pp. 410-412.

soupçonner [supsɔne] v. tr.
ÉTYM. V. 1265, souspeçonner; souspechonner, v. 1225; de soupçon.
1 Concevoir des soupçons (1.) au sujet de (qqn), faire peser des soupçons sur (qqn). Suspecter. || « M'aller soupçonner ainsi, moi qui suis l'innocence (cit. 7) même » ( Insoupçonnable).Soupçonner qqn d'un crime (→ Inceste, cit. 1).Soupçonner qqn d'être… de faire… (→ Libertin, cit. 4). || Être soupçonné d'avoir commis un faux (→ Nouvelle, cit. 4).Absolt. || Le monde accuse (cit. 8), soupçonne et calomnie avec une déplorable facilité.Pron. (Sens récipr.). || Quand les partis en sont à se dénoncer (cit. 16) et à se soupçonner ainsi.
1 Dans ce désordre, malheur à ceux que l'on soupçonne d'avoir contribué de loin ou de près aux maux du peuple.
Taine, les Origines de la France contemporaine, III, t. I, p. 29.
Loc. La femme de César ne doit pas même être soupçonnée : parole qu'aurait prononcée César quant il répudia sa femme Pompeia compromise par Clodius. On applique parfois cette phrase à une personne qui doit se garder de tout ce qui pourrait attirer les soupçons sur elle (→ Impeccable, cit. 3).
Par ext., littér. Mettre en doute. || Soupçonner la réalité d'un fait, l'honnêteté de qqn.Spécialt. || La police le soupçonne. Suspect.
2 (XIIIe; le compl. désigne une action blâmable). Concevoir, conjecturer l'existence, la présence, la possibilité de (qqch.) d'après certains indices. Deviner, entrevoir (infra cit. 5), flairer (supra cit. 10), pressentir (supra cit. 4). || Soupçonner un danger, un piège. Défier (se), méfier (se). || Tant d'exubérance laissait soupçonner une profonde angoisse.Un monde idéal dont ils ne soupçonnent pas même l'existence. Douter (se), imaginer; idée (avoir idée de); → Intéresser, cit. 19.
2 (…) sans être un grand philosophe, chacun peut soupçonner la force que prennent les passions dans la solitude.
Balzac, L'Initié, Pl., t. VII, p. 334.
3 Comme on peut passer à côté de sentiments profonds, parfois désespérés, sans même en soupçonner la présence !
A. Maurois, Ariel…, II, VI.
Soupçonner que…, suivi de l'indic. Croire, conjecturer, penser; (→ 1. Général, cit. 16; outrecuidance, cit. 1). || J'ai lieu de soupçonner qu'elle est dans une situation difficile (cit. 22).(Suivi normalement du subj. quand la phrase est interrogative ou négative). || Il engloutissait avec une ardeur qui n'eût pas laissé soupçonner qu'il eût soupé déjà (→ Rassasier, cit. 2).
DÉR. Soupçonnable.
COMP. Insoupçonnable, insoupçonné.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем написать реферат

Regardez d'autres dictionnaires:

  • soupçonner — Soupçonner. v. a. Avoir une croyance desavantageuse accompagnée de doute touchant quelqu un, touchant quelque chose. Soupçonner un homme d un crime, d une trahison. on le soupçonne d avoir empoisonné son parent. on soupçonne cette devotion d… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • soupçonner — (sou pso né) v. a. 1°   Avoir, sur quelqu un ou quelque chose, une opinion désavantageuse, non sans un certain doute. •   Les autres, mieux avertis de notre artifice [dans l invention dramatique], soupçonnent de fausseté tout ce qui n est pas de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SOUPÇONNER — v. a. Avoir une croyance désavantageuse. accompagnée de doute, touchant quelqu un, ou quelque chose. Soupçonner un homme d un crime, d une trahison. On le soupçonne d avoir trompé son parent. On le soupçonnait d hérésie. On soupçonne cette… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SOUPÇONNER — v. tr. Avoir, touchant quelqu’un ou quelque chose, une opinion, une présomption désavantageuse, mais incertaine et mêlée de doute. Soupçonner quelqu’un de perfidie, de trahison, de mensonge. On le soupçonnait d’hérésie. Je le soupçonne de m’avoir …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • soupçonner — (v. 1) Présent : soupçonne, soupçonnes, soupçonne, soupçonnons, soupçonnez, soupçonnent; Futur : soupçonnerai, soupçonneras, soupçonnera, soupçonnerons, soupçonnerez, soupçonneront; Passé : soupçonnai, soupçonnas, soupçonna, soupçonnâmes,… …   French Morphology and Phonetics

  • soupçonner — vt. soupsonâ (Albanais) ; => Flairer …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Ne pas soupçonner quelque chose — ● Ne pas soupçonner quelque chose ne pas en avoir l idée, ne pas en concevoir le degré …   Encyclopédie Universelle

  • suspecter — [ syspɛkte ] v. tr. <conjug. : 1> • v. 1500, repris 1726; de suspect ♦ Tenir pour suspect (qqn, qqch.). ⇒ incriminer, soupçonner (cf. Mettre en cause, en doute). REM. Suspecter est nettement plus péj. que soupçonner. « Delhomme déclarait… …   Encyclopédie Universelle

  • soupçon — [ supsɔ̃ ] n. m. • 1564; sospeçonXIIe; bas lat. suspectio, class. suspicio 1 ♦ Conjecture qui fait attribuer à qqn des actes ou intentions blâmables. ⇒ suspicion. Il est au dessus, à l abri de tout soupçon : son honnêteté, sa bonne foi ne peuvent …   Encyclopédie Universelle

  • Saison 2 des Experts : Miami — Cet article présente le guide des épisodes de la saison 2 de la série télévisée Les Experts : Miami (CSI: Miami). Sommaire 1 Épisode 25 : Un coupable intouchable 2 Épisode 26 : Des millions sous les mers 3 …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”